Comment choisir la paire de souliers idéale





lundi 31 décembre 2018
0 Commentaires


Bon t’es rendu là.

T’as envie d’aller faire une bonne randonnée dans le bois, sans avoir à prendre ta dernière semaine de vacances pour soigner tes blessures aux pieds ?  

Pour moi, c’est une évidence ; investir dans une bonne paire de souliers adaptée à tes besoins te permettra d’avoir le niveau de confort nécessaire pour apprécier ce sport unique.  Crois-moi, en randonnée, le confort n’est pas quelque chose que tu dois prendre pour acquis. T’as ben beau avoir inscrit à quelque part dans tes cellules l’instinct de t’adapter à ton environnement, faut quand même que tu restes conscient de la réalité. Y’a pas les mêmes obstacles dans des sentiers en forêt que quand tu te promènes en gougounes sur le bord de ta piscine.  C’est pourquoi tu ne dois pas prendre le confort de tes pieds à la légère, même si tout le monde te dit que tu as le pied léger.

Le texte qui suit constitue un point de départ intéressant pour te guider dans l’achat d’une paire de souliers adaptée à tes besoins. Devant la variété de l’offre qui existe sur le marché présentement, c’est essentiel que tu saches un peu où tu t’en vas avant de te pointer dans une boutique de plein air. Faut d’abord que tu saches que les vendeurs n’ont pas nécessairement avantage à te vendre la paire de souliers la plus adaptée à tes besoins. Parfois, ils ont des avantages à pousser des produits au détriment d’autres. Parfois, ce sont juste des gens qui ne connaissent que les caractéristiques techniques des produits qu’ils tiennent sans avoir d’expérience de terrain. Donc, plus tu t’es renseigné auparavant, plus t’es susceptible de faire un choix qui prend en considération tes besoins à toi et non celui des actionnaires d’une compagnie habile en marketing.

Évalue tes besoins

La première question que tu dois te poser avant même de penser te rendre en boutique c’est : Quel genre de randonnée tu as envie de faire ? Évidemment, si tu débutes, tu risques de moins bien connaître tes besoins que si t’as déjà une expérience de terrain. Dans ce cas, fie-toi à ton expérience dans les autres sports. Es-tu du genre à vouloir te dépasser à tout prix où plutôt du genre à être comblé par le chant des petits oiseaux ?

Prends aussi en considération le fait que tes besoins risquent d’évoluer en cours de route. Ça veut pas dire que tu dois acheter des bottes d’alpinistes alors que ça te prend une marchette pour te rendre à ta voiture, ça veut juste dire que tu vas peut-être vouloir investir un peu plus en considérant tes besoins, non pas seulement à court terme, mais aussi à moyen ou même à long terme. Une bonne paire de chaussures peut te durer très longtemps. Habituellement, plus tu investies, plus t’es motivé à rentabiliser ton investissement itou.

Pour te guider un peu, voici quelques critères à considérer en fonction du type de randonnée que tu prévois faire.

Si tu entends commencer par des randonnées occasionnelles, par exemple 1 à 2 fois par mois sur des sentiers relativement faciles, tu iras avec un soulier léger muni d’une semelle souple en flexion. Habituellement, ce type de chaussure comporte beaucoup de matériel synthétique, qui est plus léger et moins coûteux que le cuir. Leur utilisation ne requiert pas non plus de période d’ajustement, car la matière synthétique ne prend pas d’expansion avec l’usure.

Si tu penses à des randonnées plus longues pendant lesquelles tu auras besoin de porter un sac à dos, tu opteras davantage pour une botte avec un revêtement extérieur de cuir plus durable. La semelle, quand à elle, doit être un peu plus robuste que la chaussure pour les courtes randonnées. L’avantage d’une semelle plus rigide, c’est qu’elle te permet de mieux supporter une charge. Elle est plus résistante, mais il est aussi plus facile d’y fixer des crampons aux besoins. Mais attention, quand je te parle d’une semelle plus rigide, je ne te parle pas d’avoir à marcher comme un pingouin ! Une semelle plus rigide ne veut pas dire qu’elle est inflexible. D’ailleurs, il est possible d’avoir une semelle plus rigide en torsion, mais souple en flexion, ce qui favorise un déploiement naturel du pied pendant la marche.

Le support

 

Il existe plusieurs autres facteurs qui influencent le choix tant du promeneur du dimanche que du randonneur aguerri. À ce sujet, le niveau de support à la cheville peut s’avérer un élément de confort déterminant pour certaines personnes.

Si t’es du genre à bêcher sur un noyau de cerise qui traîne sur le trottoir, tu ressentiras peut- être plus de confort dans une botte de marche que dans une chaussure. Ce type de souliers, plus haut que la cheville, offre plus de support que la chaussure ordinaire, ce qui permet à celui qui ne s’est jamais aventuré sur des terrains accidentés d’avoir plus de stabilité dans ses déplacements. Crois-moi que, si t’a pas eu l’occasion d’exercer les muscles de tes jambes, ou d’amener de la souplesse à tes articulations en marchant sur des surfaces irrégulières, tu vas apprécier.

Pour les randonneurs qui sont à l’aise avec la marche en forêt mais qui veulent se dépasser, les bottes de randonnée ou bottes de trekking se distinguent des bottes de marche par le fait qu’elles sont plus hautes et conçues pour supporter plus de poids. Parfaites si t’as pas les moyens d’engager un sherpa et que tu dois transporter ton matériel toi-même sur le dos durant plusieurs jours. En plus d’offrir une meilleure protection, ces bottes sont en général plus durables et fiables que les bottes ou chaussures de marche. Les bottes de randonnée ont été conçues pour affronter tous les types de terrains, peu importe les caprices de la météo, c’est ce qui en fait l’achat le plus optimal pour le randonneur chevronné ou celui qui aspire à le devenir dans un avenir rapproché.

Pour les parcours extrêmes où le randonneur doit s’attendre à escalader des parfois escarpées typiques des trajets montagneux, il existe des bottes d’alpinisme encore plus rigides, spécialement conçues pour accueillir des crampons. Souvent mieux isolées, elles permettent d’affronter presque tous les types de climats, peu importe la saison.

L’étanchéité

En plus de la stabilité,  garder ses pieds au sec représente aussi une préoccupation pour la majorité des randonneurs. Tributaires des matériaux et du design utilisé, le compromis idéal cherche à présenter une chaussure qui laisse sortir l’humidité accumulée par la transpiration, tout en étant étanche aux conditions extérieures. Pour arriver à cet équilibre, les fabricants utilisent habituellement un mélange de fibres synthétiques, comme le Gore-tex et du cuir de haute qualité.  Certaines bottes vont même être équipées de chaussons imperméables ou d’une doublure intérieure amovible que tu peux retirer pour sécher après une journée de labeurs. Sois-pas gêné de ça, y’a aucun chevreuil qui va venir se plaindre de l’odeur de tes pieds !

En mode essai

Maintenant que tu as déterminé tes besoins en fonction de tes objectifs, tu peux te rendre en magasin pour poser tes questions, comparer les prix, mais surtout, pour essayer avant d’acheter. De grâce, rends-toi dans une boutique spécialisée ! Une place les conseillers en vente auront déjà marché dans des endroits plus sauvages que le stockroom du commerce ! Comme les pieds enflent pendant la journée, rends-toi en magasin en après-midi ou en fin de journée pour un meilleur aperçu du degré réel de confort, qui est de mise pendant la marche.

Détail important : l’achat de bas spécialement conçus pour la randonnée est un aspect qui a une grande influence sur l’ajustement de tes bottes. Il n’est pas rare que, dans les boutiques spécialisées en plein air, on te fournisse une paire de bas pour l’essayage. Toutefois, comme tu devras de toute façon procéder à cet achat pour tirer le maximum de tes chaussures, je t’encourage à t’en procurer une paire avant même d’essayer tes souliers.

Comment savoir si la chaussure te convient

Voici quelques trucs pour évaluer la compatibilité du soulier avec la forme des pieds. Dans tous les cas, tu dois lacer le soulier normalement sans trop mettre de pression, ni trop de lousse en tirant sur les lacets.

T’as trois choses à vérifier quand tu fais l’essai de souliers de randonnées :  

  1. La longueur, qui se vérifie en tapant la pointe du soulier au sol afin que les orteils touchent le bout. Comme tu dois éviter de te pencher pour que ton pied ne se déplace pas, tu dois demander à quelqu’un de glisser un doigt derrière le talon pendant que t’es en position debout. Habituellement. si le doigt passe juste, le soulier est de la bonne longueur. S’il ne passe pas, il est trop petit et s’il est trop lousse, il est trop grand.

  2. La largeur se considère aussi en position debout. Replace tes orteils en position normale en tapant légèrement le talon au sol. Pour t’assurer un bon support latéral, tu dois sentir les deux côtés du soulier sans avoir à bouger le pied. C’est ça, un peu comme dans un patin à glace.

  3. Le volume s’évalue en tapant le talon perpendiculairement au sol. Normalement, on devrait pouvoir sentir le support de la chaussure sur le dessus du pied tout en pouvant bouger facilement les orteils.

Pour pousser ton évaluation à un autre niveau, tu dois absolument prendre le temps de vérifier si ton talon bouge en marchant sur un terrain plat. Si ton soulier passe le test, monte sur un plan incliné ( si y’ pas d’installation pour ça dans la boutique où tu te trouves, y’a des bonnes chances que tu sois pas au bon endroit), prends le temps de ressentir s’y a des points de pression tant en montée qu’en descente. Ne perds pas de vue que chaque petits point de pression que tu ressens est une ampoule en devenir. Quand tes pieds ressembleront à un arbre de Noël, il sera  trop tard pour changer. Dès que tu ressens un inconfort, profite de ta présence en magasin pour en essayer une autre paire, puis une autre jusqu’à ce que tu trouves la bonne, celle qui te donne le courage de botter le cul ! S’il le faut, prends quelque jours pour marcher à l’intérieur avant d’aller faire une randonnée, au pire tu pourras encore les échanger si ton test à domicile ne s'avère pas concluant.

En terminant, je t’invite à reconsidérer ton budget. Plus tu seras informé, plus tu auras tendance à relativiser le montant à investir pour une paire de souliers adaptée à tes besoins. Le confort de tes pieds c’est le premier pas vers une aventure extraordinaire qui risque de te nourrir pendant des années. Les considérations monétaires te sembleront rapidement futiles en comparaison des bienfaits que tu retireras de cette activité. Vas-y par étapes, tu verras rapidement que tu ne peux pas vraiment te tromper si tu t’investis dans le processus. Reste ouvert, tu serais surpris de tout ce que tu peux tirer d’une paire de souliers ! Il ne s’agit pas de devenir un expert demain, mais plutôt de cultiver, un pas à la fois, la confiance d’affronter tous les jours un plus grand possible.

Bon magasinage et bonne randonnée !

 

Rencontrer François Dumaine



Articles Similaires


Tags :

COMMENTAIRES ET ÉVALUATIONS

Vous devez vous connecter pour interagir avec notre communauté. Se connecter S'inscrire

Interesting

Related Posts


Inspirez notre équipe

Notre équipe travaille dur pour vous offrir la meilleure expérience possible et le site Web parfait. Si vous avez des idées, des suggestions ou des commentaires, nous serons heureux de vous lire.